NOUVELLE POLiTiQUE CULTURELLE pour LA SEYNE sur/Mer
NOUVELLE POLiTiQUE CULTURELLE pour LA SEYNE sur/Mer


BUT

FAiRE DE NOTRE POURTOUR DE RADE
UNE CAPiTALE ARTiSTiQUE, CULTURELLE ET CiTOYENNE
(LA SEYNE - TOULON - SAiNT MANDRiER)

OBJECTiF GÉNÉRAL

FAiRE DE LA SEYNE sur MER UNE CiTÉ DE CARACTÈRE
“Attractive pour l’extérieur parce que créative de l’intérieur”

DiRECTiON ARTiSTiQUE

CiTÉ-LiTTORALiTÉ-EUROMÉDiTERRANÉïTÉ


A - OBJECTiFS OPÉRATiONNELS


I - LES RiTES FESTiFS


1- La Fête du Gobie Bleu : une semaine de lien entre le fameux poisson ou animal totémique, les commerçants, les associations et la population : Le Gobie en pain sur les tables familiales, en pendentifs pour les Clubs Sportifs, les particuliers et en résine dans nos criques pour jouer à le trouver...Drapeau à l’effigie du Gobie Bleu dressé officiellement par les autorités, sur le Port. Expo-Photo de chaque seynois avec le Gobie à la Maison du Gobie Bleu.

2 - Le Passage de la Porte - Pique-Nique Géant - Manifestation de la Porte à la Mairie (travail sur la tradition de revendication) - On chante le Tchakan ; on l'enregistre même - Feu ou Illumination du Pont.

3 - Tournoi de Yoles à Pistil Baie : 6 ou 7 embarcations dont 4 ou 5 secteurs de la ville, 1 équipe de Toulon et 1 équipe de Saint Mandrier. 6 rameurs + 1 barreur

4 - Coupe de la ville de Fut’Ville pour les 15-16 ans, par équipe de secteurs géographiques de la ville, avec 10 joueurs dont 5 remplaçants.

5 - Spectacle Cinémato-Théâtral dans les Quartiers Berthe : recrutement d’une centaine de figurants et de rôles plus importants . Travail d’Ateliers à l’Espace Mendela et de simulation de la mise en scène au Centre Tisot refonctionnalisé.

6 - Les Olympiades de Pistil Baie : en individuel pour les plus de 16 ans avec autorisation médicale et accompagnement de sécurité. Nage depuis l'Hôtel Lamy au Cap Sicié en passant par la Porte des Deux Rochers, et retour en course à pied du Cap à l'Hôtel par Notre Dame du Mai et le Bandeau Vert.

7 - La Marche du Cap Sicié - Pique-Nique Géant : pour éclairer la Chapelle de Notre Dame du Mai en bleu... et la relier ainsi à la Fête Identitificatrice de la ville...

 

II - LA MAiSON DE L'iMAGE

Lieu d'Ateliers d'Apprentissage à l'Image, de Création et de Production "Image et Son", de Projection permanente des différents sujets du Magazine Vidéo "Le Seynois". Lieu rendu attractif par 'une Expo-Photo sans cesse renouvelée de chaque seynois avec Le Gobie Bleu, travail de lien-miroir-image entre la population et son Animal Totémique... Et stratégie de participation de la population à l’organisation et à la réalisation des rites.


II bis - LA MAiSON DU GOBiE BLEU

(dans le cas où l'orientation de la Maison de l'Image serait réfractaire au Gobie Bleu)



III - CRÉATiON-PRODUCTiON-ÉMERGENCE DE TALENTS


1 - Perenniser la Création de Spectacles Vivants à Caractère Patrimonial : une Trilogie seynoise et universelle a été créé en 5 ans. Une Compagnie Professionnelle s'est constituée : c’est du travail pour nos talents : comédiens, chanteurs, musiciens, écrivains, poètes... Et c’est du patrimoine à venir...

2 - Favoriser l’Exportation des Créations : adapter la Trilogie à la salle Apollinaire et y délocaliser les prochaines créations.

3 - Un Système attractif d’Affichage des Spectacles et de Signalitique des Lieux.

4 - La Criée : lieu de Résidence de 4 Cies modernes et , dans l’esprit "Commando Fada", constituant un Groupe d’Intervention Artistique Protocolaire de la Ville : Fanfarle, Majorlettes, Comédians et Plasticians des Rues. Et spectacles publics in situ par une 5ème Cie : “Ring’Impro”.

IV - DiSPOSiTiF 4 SALLES de SPECTACLES en CENTRE ANCiEN
700 Places et l'Offre la plus originale du Var Ouest en Spectacles de Créations et de Découvertes

1 - “Le Constroy” : (actuel Café Théâtre) 50 places

2 - “La 7ème Vague” : (à construire) 100 places

3 - “Le Dernier Bateau” : (actuelle salle G.Apollinaire à préserver) 200 places

4 - “La Rade” : (à construire à l’emplacement de l’actuelle Police Municipale) 350 places

V - LE PÉTiLLEMENT DES PLACES DU CENTRE-ViLLE


À partir des restos et des bars, développer un service de restauration de qualité, et une info relative aux spectacles des différentes salles afférentes :

1 - “La Place Perrin” ou Place des Citoyens pour le Constroy et la 7ème Vague

2 - “La Place Martel Esprit” ou Place de la Comédie pour le Dernier Bateau (ex-Salle G.Apollinaire)

3 - “La Place Bourradet” ou Place de l'Image pour la Maison de l'Image

4 - “La Place Ledru-Rollin” ou Place du Théâtre pour le Théâtre de La Rade

5 - “La Place Benoît Frachon” ou Place de la Lune pour les "Bouges" et autres lieux de Spectacles


VI - LE FESTiVAL DE PiSTiL BAiE


Fête identificatrice à la ville ou Festival de la Mémoire et de l’iMagination : Cocktail de tous les Rites et Créations emblématiques produites par la ville et ses habitants à partir du 26 juin et à partir du “Passage de la Porte” qui pourrait ouvrir cet événement...


VII - LA MÉCANiQUE


Musée de La Navale, Salles de Cinéma et Magasins de Grandes Marques...


VIII - LE CASiNO ET LA SALLE DES FÊTES


Un Casino à Boule privé avec une salle d’au moins 500 places pour les besoins de la Ville : réunions publiques, soirées-spectacles des associations, programmation de spectacles de Gala...


IX- LE FORT NAPOLÉON


Lieu de Recherche, de Rencontre et d’Échange d’une Musique Capitale Sud : “Une douve par genre musical” : du Trad au Contemporain.


X - LA FONDATiON HÔTEL LAMY


Gérance artistique liée à la légende de Pistil Baie qui donnera plus tard son nom de légende à la ville entière. Résidences d’Artistes productives d’oeuvres et de sens à propos de la Baie et de son Bandeau Vert (Côte de Mar Vivo au Joncquet) : écrivains, poètes, musiciens, sculpteurs... Allumer les 2 Frères en Magenta...


XI - LE JOURNAL DE PiSTiL BAiE ET LE MAGAZiNE “LE SEYNOiS”


L’Écrit et l’Image au service du suivi et de la constitution du Patrimoine vivant d’une Cité de Caractère que sera devenue La Seyne au terme de la réalisation de tout ou grande partie de ces 12 objectifs opérationnels. Une WebTV pour relier les générations futures à cette vaste entreprise culturelle.


B - LES MOYENS HUMAiNS

Une structure nouvelle doit être mise en place dans l’organigramme de la politique municipale ; soit un service transversal rattaché administrativement aux Affaires Culturelles et constitué d’un représentant habilité par chaque service concerné par le Projet : Culture, Sport, Jeunesse, Communication.


Le représentant du service culturel dirigerait la réalisation du Projet... Ce service s’appellerait “Création-Production-Émergence de Talents”. Il serait doté de deux emplois à plein temps : 1 secrétaire et 1 coordinateur d’une équipe d’au moins 7 agents de développement des objectifs opérationnels ou opérations. Ces agents pourraient être recrutés parmi les employés municipaux sur libre consentement, sur profil et nécessité de service ou encore par redéploiement de certains personnels appartenant à des structures à refonctionnaliser.


Cette unité de travail transversal pourrait être installée dans la Maison du Gobie Bleu qui est la maison emblématique de cet axe politique nouveau associant les acteurs artistiques, culturels et citoyens de la ville pour finaliser les opérations...

L’association 7ème Vague serait le cadre associatif qui permettrait d’animer les bénévoles dans le sens des diverses opérations, et de capter les financements utiles à leur réalisation.



C - LES MOYENS FiNANCiERS

Les coûts seront évalués pour chacun des objectifs et codifiés par fiche d’objectif, selon des modes de financement adaptés aux besoins des différentes opérations :

Certains financements s’obtiennent par la refonctionnalisation d’une structure existante et par Redéploiement de son Budget (RB).

D’autres financements s’obtiennent par des Demandes de Subvention classiques de la part d’une ou de plusieurs associations (DS).

D’autres encore dépendent de plans d’Aides Européennes en partenariat avec la Ville, TPM et La Région (AE).

   
Haut de Page
   

Le PACCS*

*Le Pétillement, le Projet, le Pousson, le Pacte

Artistique, Culturel et Citoyen Seynois

entre l'Action Culturelle de la Ville et la Population*

Voici la vision de la Revitalisation du Centre Ancien qui ressort de mon expérience et de ma réflexion au sein de l’association 7ème Vague. Il s’agit d’un Dispositif Théâtral qui pourrait relancer TPM sur son idée première de financer un Pôle Théâtral sur La Seyne.
Ce Dispositif est constitué de 4 salles dont 2 sont encore à construire. Ces constructions pourraient s’inscrire dans le plan actuellement à l’étude à partir des investissements immobiliers de la Ville conjugés aux financements du fond européen dont il faudra obtenir le renouvellement ...
Voici le rappel de ce Dispositif que nous intitulons “Théâtre de LaRade” pour marquer une direction artistique liée à une appartenance littorale méditerranéenne forte autant que spécifique : celle de notre Pourtour de Rade.

Les 4 salles

- Salle de Café Théâtre “Le Constroy” ; 50 places (salle actuelle)

- Salle de Café Théâtre “La 7ème Vague” (à réaliser) ; 100 places (dans l’ancien chai qui fait face dans la rue Berny, au Café Théâtre actuel ou en lieu et place de l'ancien "Sam's Hôtel" ou ex-restaurant "Moules à Gogo").

- Salle Guilaume Appollinaire renommée “Le Dernier Bateau” (à confirmer) en mémoire aux ouvriers des chantiers et à Raymond Dimo, grand chef syndicaliste des constucteurs de navire, qui l’inaugura en tant qu’adjoint à la culture dans les années 70 ; dans ce dispositif, la salle prendrait alors tout son sens de “Dernier Bateau” construit par eux, nos ailleux ouvriers ; 200 places.

- Salle “La Rade” (à réaliser); 350 places (bâtiment de la police Municipale + les immeubles attenants situés entre la rue des Chantiers et la rue Verlaque qui contiennent des appartements qu’il conviendra de racheter et dont il faudra reloger les occupants (voir Cadastre).

Ce Dispositif offre 700 places réparties en 4 offres de spectacle, soit jusqu’à “200 Soirées Spectacles par An” (30 spectacles achetés, 70 spectacles créés-maison, et 100 coréalisations sur la base des recettes). On sait aujourd’hui la difficulté que rencontrent les villes à rentabiliser leur salle de 600 à 800 places car elles nécessitent une programmation de produits déjà très médiatisés et donc standardisés qui nous mettrait de plus en concurrence par exemple avec Galli. En occupant le crénau de la Création de Spectacles Vivants et de la Découverte dans les genres de la Chanson Française, de l’Humour et du Théâtre, ce Dispositif sera culturellement utile et attractif ; il permettra en effet de constituer un patrimoine local du spectacle vivant exportable, et de recréer un engouement populaire pour cette forme antique et universelle de loisirs culturel qu’est le théâtre, et avec lui, la poésie, la musique et le chant ; on doit aller au théâtre comme on va au stade ou au culte... On ne peut concevoir l’édification d’un théâtre fusse-t-il national sans que nos habitants n’en éprouvent un minimum le désir... Le désir de voir du théâtre, ça se travaille. Si pour qu’il y ait désir d’aller au stade, il faut qu’il y ait une équipe qui propose un jeu de bonne qualité et qui obtienne des résultats, il sera intéressant de compter dans notre Cité, une équipe d’artistes, une Compagnie qui sache animer un théâtre de ses créations et qui plus est, de créations “concernantes et incitatives”, c’est à dire de créations avec lesquelles les habitants ont à voir et à se voir. Cette équipe c’est 7ème Vague qui, il faut le rappeler, a essuyé vingt ans d’empêchement et dont les artistes qui l'animent sont encore pris pour des "locaux-amateurs-autodidactes", bref des indiens coincés entre un folklore mistralien ou pagnolesque mortel et une culture d'Etat méprisante et non moins mortelle pour le renouvellement de notre patrimoine vivant.

La municipalité actuelle a semble-t-il reconnu ce travail proposé et accompli par 7ème Vague, en lui attribuant une subvention de fonctionnement de 30 000€ pour la première fois de son histoire cette année, mais je ne voudrais pas que cette reconnaissance soit politiciennne comme celle du maire précédent et qu’elle ne prenne pas en compte la consubstantialité d’un projet d’actions artistiques, culturelles et citoyennes, à un projet de réalisations infrastructurelles.
Ce Dispositif complété par le Complexe de 7 salles de Cinéma dans le projet du Hangar de La Mécanique, avec le musée de la Construction Navale et des commerces de marque tel que Fnac ou autres, fera un Centre Ville si riche par la diversité de son offre qu’il pourra attirer toute l’année la population du Pourtour de Rade et bien au delà ; suivant le principe qu’en garant une seule fois sa voiture au Centre, on a, à sa portée, une offre exceptionnelle de spectacles vivants des plus originaux !

Même si les 4 salles de théâtre à gestion associative ou municipale ne sont pas soumises à la taxe professionnelle, elles n’en demeureraient pas moins dynamisantes au niveau des recettes induites provenant d'une population régulièrement attirée par notre coeur de ville : restaurants, bars et autres “bouges” notamment sur les places animées de la Lune, Perrin (place des citoyens avec son agora et sa fontaine murale), Ledru Rollin (place du théâtre), Martel Esprit (place de la comédie) et Bourradet (place de l'Image), en plus du Port. S’engager dans la réalisation d’un tel plan donnerait à la ville un socle économique sain et dynamique sur lequel l’initiative privée trouverait intérêt à s’exercer.

Ce Dispositif qui présente un sens et un processus évaluable, devrait être considéré comme l’objectif structurant majeur de la politique de notre ville afin d’instaurer une vitalité artistique, culturelle et citoyenne à partir d’un Centre Ancien animé et conçu comme un coeur battant reliant et déterminant la fonction des équipements excentrés.

Avec par exemple au Nord, une mise en cohérence du fonctionnement de l’Espace Tisot qui deviendrait “l’Académie Populaire du Spectacle Vivant”. Une fonction entièrement vouée à former et à faire jouer le plus grand nombre de personnes habitant les quartiers alentours dans un grand spectacle théâtral et cinématographique“ concernant et incitatif” ritualisé et modulable chaque année dans sa forme et son contenu narratif. Un projet qui viserait une qualité de production telle, qu’il pourrait cultiver une valorisation permanente de la population et de son quartier devenu lieu de représentation collective d’un imaginaire commun. Cette académie de production populaire requière un budget approprié et une direction artistique compétente en matière de processus et de contenu de création et de réalisation événementielle.

Au Sud c’est l’idée de réaliser la Fondation de l’Hôtel Lamy qui pourrait jouer ce rôle de lieu de création autour du concept poétique de “Pistil Baie” avec ses résidences productives d’oeuvres et de sens et ses rites festifs nouveaux comme les Olympiades ou le Tournoi de Yoles en lien direct avec la beauté des sites naturels de la plage, des criques de la Vernette au Cap Sicié sous le versant vert (le Bandeau vert).

À l’Est, le Fort Napoléon deviendrait un lieu d’expression artistique avec ses douves ouvertes aux groupes musicaux de la ville et des environs, suivant la teneur de leur projet et par rapport à une direction artistique en recherche d’un courant musical original pouvant représenter notre spécificité territoriale.

Au Centre encore, la Criée récemment libérée par le Club de Boxe pourrait être un lieu d’Ateliers pour 5 Compagnies à productions sonores et à grand effectif, oeuvrant comme les cinq doigts d'une "Main Forte” apportée à la réimpulsion de la vie culturelle et festive de la ville : la Fanfarle, les Majorlettes, les Comédians et les Plasticians des Rues, et le Ring’Impro’Spectacle. Voilà une force productive pour la ville qui permettra à 5 Compagnies de créer leur propre produit dans le but de l’exporter, en échange de quoi elles accepteront de se produire en priorité lors de chaque Rite Festif Nouveau.

Un tel projet culturel permet par la visibilité de son dispositif et la cohérence de son contenu, de donner un sens commun à toute une population qui n’a jamais pû comprendre jusqu’ici ce que l’on pourrait appeler les “à-coups politiques” que sont la destruction de bâtis liés à notre histoire récente et la construction de blocs d’habitations ou d’un hôtel de luxe dans notre Centre. Tout cela a été motivé par un pragmatisme économico-idéologique aussi ridicule que démesuré alors que l'enjeu est de permettre aux seynois de toucher enfin à leur résilience. C'est ce PACCS qui répondra au contraire à cette nécessité.

L’objectif de ce projet est triple

Il s’agit d’abord de faire de notre ville, une Cité de caractère, attractive pour l’extérieur parce que créative de l’intérieur.
Pour l’extérieur immédiat l’influence de notre dynamique devrait entraîner à terme nos voisines Toulon et Saint Mandrier à nous rejoindre, pour constituer le noyau de TPM qui fera de notre territoire littoral, la capitale artistique, culturelle et citoyenne de La Rade, entre Marseille et Nice.
Le principe politique qui permettra d’atteindre cet objectif c’est de considérer dès à présent pour notre ville, la production artistique, culturelle et citoyenne comme un investissement nécessaire et prioritaire. Nos productions, suivant une direction artistique exigente et garante d’efficacité et de résultats, permettront la réalisation rapide d’une Fête de la ville et de sa population ; un festival visant l’exportation de nos productions et qui obtiendra une médiatisation certaine : le Festival de Pistil Baie (un nom qui ouvre déjà sur un imaginaire créatif).

Il est temps de rompre avec le manque d’imagination de ces trente dernières années, de rompre avec un activisme culturel exclusivement de diffusion, coûteux et sans apport pour la cohésion culturelle de la ville comme les Festivals de l’ancien service culturel en sont le reflet patent et que seuls des complexés de la culture défendent en invoquant une renommée nationale au vu d’un simple article dans Télérama. Trente années qui n’ont pas permis à notre ville d’anticiper la renaissance à laquelle elle était pourtant condamnée. Une imagination avec une mémoire active, vécue, dépassée, transgressée, à travers l’instauration d’un ensemble de rites festifs nouveaux, préparant les habitants à s’impliquer dans une nouvelle histoire à construire tous ensemble. Un slogan accompagne cette recherche d'une nouvelle cohésion culturelle pour notre Cité ; en ce sens qu’il éviterait le débat réducteur entre les mémorialistes des Chantiers Navals et leurs opposants : “Après l’Acier revient le Roseau !”

S’il existe un plan de développement plus intelligent, alors il faut l’engager sous ce mandat et de façon raisonnée et déterminée en le mettant en partage avec la population la plus large pour qu’il soit porté et défendu avec la Région et l’État, et qu’il soit à même de s’intégrer dans le plan de développement de TPM.
Je poursuis pour ma part un engagement de vingt ans d’action productive dans ce domaine ; je suis capable d’étudier et de réaliser, ou de faire réaliser toutes les idées que j’avance ici. Je prends part de fait à l’avancée de ce Dispositif et je pense qu’il lui faut une assise politique claire. C’est dans ce but que j’ai communiqué ce PACCS au maire en personne en lui proposant d’engager une mission de suivi, d’étude et de faisabilité infrastructurelle telle que présentée en annexe dans un organigramme.

“Faire de notre ville, une Cité de Caractère
attractive pour l’extérieur parce que créative de l’intérieur”


Tonton Dgé

 

Mai 2009

   
Haut de Page
   
Les Valeurs-Vestiges - NOUVELLE POLiTiQUE CULTURELLE - Le Café Théâtre- Menu
   
   
Haut de Page